Un aller simple pour maoré

20,00 

Alors que l’archipel des Comores indépendant se voit amputé de l’île de Mayotte, que l’écart naît. Alors que les uns s’enfoncent dans un marasme politico-économique, en partie commandité via des mercenaires français, de coup d’État en assassinat, les autres se retrouvent à devoir adapter leur mode de vie traditionnel à l’administration française…
Mayotte, la comorienne, la française, la mahoraise, plus de trente ans après son rattachement à la métropole, et à la veille de sa départementalisation fait face à Anjouan et à la misère des Comores.


De : Agnès Fouilleux

Durée : 75 mn

UGS : DVD_UNALLERSIMPLE Catégorie : Étiquette :

1 en stock

Description

« Un allée simple pour Maoré » de Agnès Fouilleux, 2007, 75 mn

Production : Les Films Bonnette et Minette

Synopsis :

Fin septembre 2005, François Baroin ministre de l’Outre-mer en visite à Mayotte, soulève un débat autour de l’application du droit du sol. Un tiers des 160 000 habitants de l’île française sont des clandestins et 85 % des naissances leur incombent.
Une situation qui n’est pas nouvelle à Mayotte. L’économie et la vie sociale sont organisées autour de la présence de ces « indésirables cousins pauvres » venus des Comores. Une main d’œuvre prête à tout pour quelques euros, qui vient chercher ici « la vie », les soins, la scolarité, l’espoir d’un avenir meilleur… pour finalement se retrouver traquée par la police, organisant sa survie dans des bidonvilles et supportant des conditions de travail proches de l’esclavage.
C’est à la suite de la décolonisation, alors que l’archipel des Comores indépendant se voit amputé de l’île de Mayotte, que l’écart naît. Alors que les uns s’enfoncent dans un marasme politico-économique, en partie commandité via des mercenaires français, de coup d’État en assassinat, les autres se retrouvent à devoir adapter leur mode de vie traditionnel à l’administration française…
Mayotte, la comorienne, la française, la mahoraise, plus de trente ans après son rattachement à la métropole, et à la veille de sa départementalisation fait face à Anjouan et à la misère des Comores.